• Réincarnation, oui ou non ?

    On me parle souvent de réincarnation, de désincarnation, de sortie du corps, de karma etc.

    Bien que m'étant posé la question de savoir si, réellement, nous vivions des alternances entre vie dans un corps et vie hors d'un corps, depuis longtemps - et malgré la fascination que provoquait chez moi la vision platonicienne de "monde sensible et monde des idées" avec sa fameuse "théorie de la réminiscence", malgré aussi le semblant d'explication que la réincarnation pouvait apporter à la souffrance qu'on voit autour de soi et que l'on vit soi-même, quelque chose en moi a résisté à croire à la réincarnation, et, encore jusqu'à ce matin, j'ai persisté à ne pas accorder crédit à cette croyance.

     

    Mère Jeanne, à Kernéguez, à qui j'en avais parlé une fois, m'a dit que Jésus lui avait dit que la réincarnation existait... mais Mère Jeanne a ajouté, me concernant : "Mais tu n'as peut-être pas besoin de cette mémoire".

     

    Alors, ce matin, 18 octobre 2015, au petit déjeuner...

    Mon époux, avec qui je plaisantais sur le fait que, sans doute mais pas de manière certaine, dans une autre vie - prochaine ou suivante -, nous aurions plus de moyens financiers que dans celle-ci, m'a involontairement amenée sur ce sujet de la réincarnation.

    Comme je lui disais que je ne croyais pas à la réincarnation, à l'intérieur de moi, "on" m'a instantanément soufflé l'idée suivante :

    En fait, Dieu n'est pas assujetti à l'espace, au temps ni aux changements. Il est, et c'est tout. Il a "envoyé son Fils", ce qui veut dire qu'il a accepté d'assujettir "une partie de lui" (expression évidemment impropre, mais je n'en ai pas trouvé d'autres pour me faire comprendre) à notre condition de créés = plongés dans l'espace-temps, dans les changements et dans la condition des choses qui se succèdent les unes aux autres (changement dans le temps), et il a fait cela, pour nous permettre d'arriver jusqu'à lui, tandis que nous avions usé de la souveraineté qu'il nous avait donnée pour nous séparer de lui (diabolus).

    Quand on se pose la question d'une réincarnation possibles ou non, on parle de changements successifs d'états, je dirais plutôt, de circonstances. Or, ces changements ne sont qu'objets ou conséquences de la création de Dieu. Ils n'existent que relativement à ce que nous sommes et surtout à la circonstance dans laquelle nous sommes, à savoir l'espace-temps et la mutabilité de nous-mêmes et des choses.

    De cela, je tire, et en fait, cela m'est venu en un instant, que la question de savoir s'il y a ou non réincarnation n'est tout simplement pas pertinente. Elle n'a aucun sens, en réalité. Pour s'amuser, on pourrait dire que cette question ressemble à celle qui interroge sur le sexe des anges...

    Ainsi, je peux dire que : je crois en une seule incarnation et aussi en des réincarnations, ou bien, je peux dire que je ne crois à rien de tout cela, si ce n'est seulement au fait que, dans son être, Jésus est Dieu-volontairement-plongé-dans-nos-circonstances-totalement-réalisé, incarnant (étant dans son être même) l'Amour Incommensurable de Dieu.

    J'espère ne pas être trop difficile à lire, trop obscure, car le sujet n'est pas facile à traduire en mots.

     

    En tout cas, il m'a semblé que c'est l'Esprit Saint qui est venu me souffler cela.

    Beaucoup de mots pour dire une choses qui m'a été donnée à connaître en un instant...


    Je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous, du Père François Brune, pleine de finesse et très éclairante...

    Vidéo mise en ligne le 5 mars 2011.

    En septembre 2010, le théologien François Brune a été interviewé par la revue Parasciences, sur différents thèmes.

    Il répond ici à...

    Une question récurrente :
    Que pensez-vous de la réincarnation ?